Maux-de-Je


 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 L'immolation des templiers ( Raynouard )

Aller en bas 
AuteurMessage
SaTyRe
Lecteur à ses heures perdues
SaTyRe

Masculin Nombre de messages : 36
Auteur préféré : Barjavel
Age : 18
Date d'inscription : 12/06/2007

L'immolation des templiers ( Raynouard ) Empty
MessageSujet: L'immolation des templiers ( Raynouard )   L'immolation des templiers ( Raynouard ) EmptyDim 17 Juin - 12:41

L'immolation des templiers
François J.-M. Raynouard


Un immense bûcher, dressé pour leur supplice,
S'élève en échafaud, et chaque chevalier
Croit mériter l'honneur d'y monter le premier.

Mais leur Grand Maître arrive ; il monte, il les devance ;
Son front est rayonnant de gloire et d'espérance.
Il lève vers les cieux un regard assuré,
Il prie et l'ont croit voir un mortel inspiré.

D'une voix formidable aussitôt il s'écrie :
- Nul de nous n'a trahi son Dieu, ni sa patrie,
Français, souvenez-vous de nos derniers moments,
Nous sommes innocents, nous mourons innocents !

L'arrêt qui nous condamne est un arrêt injuste,
Mais il est dans le ciel un tribunal auguste
Que le faible opprimé, jamais n'implore en vain,
Et j'ose t'y citer, ô Pontife romain !
Encore quarante jours... je t'y vois comparaître ! "
Chacun en frémissant, écoutait le Grand Maître.

Mais quel étonnement, quel trouble, quel effroi,
Quand il dit - " O Philippe, ô mon maître, ô mon roi,
Je te pardonne en vain ta vie est condamnée :
Au tribunal de Dieu, je t'attends dans l'année ! "

Les bourreaux interdits n'osent plus s'approcher ;
Ils jettent en tremblant le feu sur le bûcher,
Et détournent la tête... Une fumée épaisse
Entoure le bûcher, roule et grossit sans cesse.

Tout à coup le feu brille à l'aspect du trépas,
Ces braves chevaliers ne se démentent pas.
On ne les voyait plus, mais leurs voix héroïques
Chantaient de l'Eternel les sublimes cantiques.

Plus la flamme montait, plus ce concert pieux
S'élevait avec elle et montait vers les cieux.

Votre envoyé parait, s'écrie... Un peuple immense,
Proclamant avec lui votre auguste clémence,
Auprès de l'échafaud soudain s'est élancé ...
Mais il n'était plus temps... Les chants avaient cessé.



.
Revenir en haut Aller en bas
 
L'immolation des templiers ( Raynouard )
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» les templiers en Normandie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Maux-de-Je :: Littérature :: Poésie-
Sauter vers: