Maux-de-Je


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  
Autopassion.net le site dédié à l'automobile créé par ses utilisateurs
Partagez | 
 

 Romance de la luna luna, Federico Garcia Lorca

Aller en bas 
AuteurMessage
Psychopatate
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 89
Age : 30
Auteur préféré : Daniel Pennac
Age : 18
Date d'inscription : 11/06/2007

MessageSujet: Romance de la luna luna, Federico Garcia Lorca   Ven 15 Juin - 20:18

La luna vino a la fragua
con su polisón de nardos.
El niño la mira, mira.
El niño la está mirando.

En el aire conmovido
mueve la luna sus brazos
y enseña, lúbrica y pura,
sus senos de duro estaño.

Huye luna, luna, luna.
Si vinieran los gitanos,
harían con tu corazón
collares y anillos blancos.

Niño, déjame que baile.
Cuando vengan los gitanos,
te encontrarán sobre el yunque
con los ojillos cerrados.

Huye luna, luna, luna,
que ya siento sus caballos.

Niño, déjame, no pises
mi blancor almidonado.

El jinete se acercaba
tocando el tambor del llano.
Dentro de la fragua el niño,
tiene los ojos cerrados.

Por el olivar venían,
bronce y sueño, los gitanos.
Las cabezas levantadas
y los ojos entornados.

Cómo canta la zumaya,
¡ay, cómo canta en el árbol!
Por el cielo va la luna
con un niño de la mano.

Dentro de la fragua lloran,
dando gritos, los gitanos.
El aire la vela, vela.
El aire la está velando.



Traduction : Roman de la lune lune

La lune vient à la forge
avec ses volants de nards.
l'enfant, les yeux grand ouverts,
la regarde la regarde.
dans la brise qui s'émeut
La lune bouge les bras,
dévoilant, lascive et pure,
ses seins blancs de durs métal.
Va-t'en lune, lune, lune.
Si les gitans arrivaient,
ils feraient avec ton coeur
bagues blanches et colliers.
Enfant, laisse-moi danser.
Quand viendront les cavaliers,
ils te verront sur l'enclume
étendu, les yeux fermés.
Va-t'en lune, lune, lune.
je les entends chevaucher.
Enfant, laisse-moi, tu froisses
ma blancheur amidonnée.
Battant le tambour des plaines
approchait le cavalier.
Dans la forge silencieuse
gît l'enfant, les yeux fermés.
Par l'olivette venaient,
bronze et rêve, les gitans,
chevauchant la tête haute
et le regard somnolent.
Comme chante sur son arbre,
comme chante la chouette!
Dans le ciel marche la lune
tenant l'enfant par la main.
Autour de l'enclume pleurent
les gitans désespérés.
la brise qui veille, veille,
la brise fait la veillée.

_________________

«Et l'Ange diaphane en moi répond "non" tout en se disant que les anges sont des cons....» Pennac.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maux-de-je.exprimetoi.net
 
Romance de la luna luna, Federico Garcia Lorca
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le DUENDE, paradis perdu de Federico GARCIA-LORCA
» [VISUAL KEI] Secilia Luna ☽
» Fiche de Luna Redbird [En cours de modification]
» La Luna Loca
» Lily Luna Potter ? une wizzgle fière

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Maux-de-Je :: Littérature :: Poésie-
Sauter vers: